Une maison de santé est-elle vraiment utile à Kerlouan ?

La « maison médicale et sociale » a été conçue sans chercher si, réellement, le besoin existe.
Et ce n’est pas son seul défaut.

Pour une dizaine de praticiens une Maison médicale et sociale est prévue, pour un coût de plus de 2 millions d’euros, sans subvention aucune.
Il est prévu trois médecins, mais aucun de ceux sollicités n’a accepté, 2 kinésithérapeutes, et des professions paramédicales de professionnels déjà en activité à Kerlouan.

Mais y a-t-il un manque ?
Outre un médecin à Kerlouan même, il y a alentours des médecins, des kinés à quelques minutes.
Le temps d’attente est quasi nul et en cas d’urgence on peut toujours y venir.

Aucune réunion publique n’a eu lieu, les Kerlouanais·es n’ont pas eu à avoir les arguments pour, ceux contre, ni aucune autre information directe.

Avant de dépenser plus que le produit de fonctionnement annuel de la commune, pour un espace qui n’a pas prouvé son utilité réelle, et moins encore sa capacité à s’autofinancer, et qui grèvera tous les ans le budget de la commune, donc de chacun des contribuables, il est indispensable de faire un audit neutre de la réelle nécessité de ce lieu.

Car si l’on parle à tour de bras de « désert médical » des zones rurales dans les journaux, ce n’est pas le cas à Kerlouan.
Les communes limitrophes offrent, en plus de la médecin installée en centre bourg de Kerlouan, toute sécurité en ce domaine.
D’autant plus que le cabinet médical de Plounéour-Trez La Gare - en bordure de Kerlouan, juste après Lanveur -, s’agrandit pour accueillir bientôt au moins deux médecins de plus, et probablement deux infirmières.
Sans oublier le cabinet de kinésithérapeutes tout proche dudit cabinet médical, bien loti.

Certes la ville a un budget correct, mais de nombreuses activités, pour les jeunes, la culture, pour les seniors, pour attirer de nouveaux habitants, des jeunes couples avec enfants, et tant d’autres choses réellement utiles et inexistantes seraient tellement plus bénéfiques à l’ensemble de la population !

A l’heure où la mairie n’a commandé qu’un masque de protection par personne alors qu’il faut en changer toutes les 4 heures, on peut se demander avec quelles informations et selon quels critères les choix en matière de santé sont faits, et si ce n’est pas plutôt sur des envies pharaoniques [1] que se prennent les décisions budgétaires.

Une consultation, avec argumentations, saine et sans urgence, est indispensable.

Source Ministère de l’Économie via le Journal du Net

[1Et pour donner son nom à un espace public peut-être ?

Posté le 30 août 2020