Sauvegarde du littoral

Mémoires de guerre à géométrie variable

fontsizedown
fontsizeup

Temps de lecture estimé :  2 minutes

On voit pousser des actions relatives à une « mémoire » de la Deuxième Guerre mondiale.
On n’y verrait aucun inconvénient, bien au contraire, si cela ne ressemblait à une récupération politique, au défi de l’Histoire et de l’avenir du littoral.

Les bunkers refont surface…

Cela fait bien soixante-dix-neuf ans que ce tobrouk [3], situé à Kerlouarn, survit, tapi sous le cordon dunaire.
Destiné, à l’origine, à défendre cette portion de la côte bretonne, il n’a pas connu d’heures glorieuses, puisqu’aucun événement majeur n’est venu troubler son existence silencieuse.
Sa mitrailleuse a-t-elle seulement tiré une seule cartouche ?

Un tobrouk
Il se dit que c’est celui qui devrait être désensablé.

Paradoxalement, c’est une stèle érigée en 2017, sur son assise, qui a donné à ce petit bunker ses lettres de noblesse.
Il s’agissait de rendre hommage aux 128 marins du destroyer canadien « HMCS Athabaskan », coulé le 29 avril 1944 par un torpilleur allemand, au large du phare de l’Île Vierge. Les corps de 60 marins se sont échoués sur la plage de Menfig, à Plouescat, commune où ils ont été inhumés dans le carré militaire du cimetière.

Le destroyer canadien HMCS Athabaskan (G07).
Image du Imperial War Museums, dans le domaine public.

Le geste est, on ne peut plus, honorable. Personne ne le conteste.
Reste quelques questions cependant.
Est-ce pertinent d’associer un souvenir aussi douloureux que celui-là à un ouvrage défensif construit par l’ennemi d’alors ?
Le T27, qui le coula, puis fut coulé, alla, lui, s’échouer près de Kerlouan. rend-on hommage à l’ennemi d’alors, ou bien célébrons-nous tous les morts de la guerre, mais alors il faut y associer les Allemands.

L’épave du T27 - ennemi - échouée au large de Kerlouan
Photo issue d’un lot d’images prises en plongée vers le T27, du site Thierry sous la mer.

L’histoire et la géographie prennent parfois des libertés audacieuses avec le passé.

Doit-on choisir entre action mémorielle et engagement des générations futures ?

Cette absence de fait d’armes de Kerlouan méritait-elle un « correspondant défense » élu dans le conseil municipal ?
Ou bien, pour justifier ce titre - étonnant pour bien des raisons - du seul élu, sur 19, d’une liste à 11,56 % va-t-on inventer des histoires, loin de l’Histoire, et engager les générations futures en désensablant les ouvrages défensifs de notre côte ?

Le Télégramme, 17/6/2020
Ce tobrouk affleure le sol
Entre le bloc de béton souterrain et les plantes enracinées tout autour, il y a danger à supprimer ou désensabler ce vestige.

Est-il vraiment nécessaire pour la réalisation d’un chemin de mémoire sur le mur de l’Atlantique, de supprimer ce que la nature a utilisé pour faire face au vent ?
Depuis la fin de l’été, le département s’intéresse enfin à nos rivages en renforçant la protection des dunes du côté de Meneham.
N’y a-t-il pas un sérieux paradoxe dans ces deux activités « concurrentes » ?
Le mitage de notre littoral est-il à l’ordre du jour ?
Le risque de submersion si souvent évoqué a-t-il disparu ?
En a-t-on parlé lors de l’atelier « La mer monte », le jeudi 30 septembre dernier ?
Quelles études a-t-on faites, ou projeté de faire, pour mesurer les conséquences de ces décisions ?

Qu’en pensent nos concitoyens ?

À cliquer : NCSM Athabaskan (G07)
NOTES :

[1Tobrouk VF 8 (« MG Stand für 2 Mann » : emplacement pour mitrailleuse servie par 2 hommes).

[2Tobrouk VF 8 (« MG Stand für 2 Mann » : emplacement pour mitrailleuse servie par 2 hommes).

[3Tobrouk VF 8 (« MG Stand für 2 Mann » : emplacement pour mitrailleuse servie par 2 hommes).

Posté le 14 octobre 2021